« Bien vieillir chez soi » : la Fédération des ascenseurs publie un guide sur l’adaptation des logements alors que l’activité descend de 8% tandis que la population des plus de 60ans grimpe.

Alors que tous les sociologues et médecins s’accordent pour dire que les Français vivent de plus en plus longtemps, la Fédération des ascenseurs a publié cet hiver le premier guide dédié au bien vieillir chez soi. L’occasion, entre autres, de faire le point sur les enjeux de l’adaptation du logement pour faire face aux problématiques liées au vieillissement et à la perte d’autonomie. Intitulé Bien vieillir chez soi, l’ouvrage, en 4 parties selon son profil et le type (élévateur domestique individuel), a pour objectif d’« aider les seniors et leur entourage à envisager l’avenir dans le logement plus sereinement en facilitant l’accès aux étages ».

Encore un chiffre surprenant sur le sujet de notre habitat. Malgré la part croissante de la population française , 30% d’ici 2030, qui aura plus de 60 ans et une densification des zones urbaines (20 millions d’habitants supplémentaires en 50 ans dans les villes françaises), la France diminue constamment la hauteur des nouvelles constructions. Une tendance qui a pour corollaire une diminution du taux d’équipement en ascenseurs. Preuve en est : si, en 2001, un immeuble de logement nouveau sur 2 était desservi par un ascenseur ; seulement un sur trois l’était en 2012 (Source Fédération). Un constat d’autant plus étonnant qu’en 2030, 30% de la population française aura plus de 60 ans.



Le prix des ascenseurs en France est le plus élevé d’Europe.

Autre paradoxe qui n’étonnera pas les syndics et copropriétaires; Le prix des ascenseurs en France est le plus élevé d’Europe. Les professionnels du secteur privilégient les marges au détriment du chiffre d’affaires. Voyez les prix en Allemagne et surtout en Italie ou en Pologne comme nous invite à le faire un lecteur de Batiweb comme commentaire à ce sujet. « Les industriels Français disparaîtront dés que la libre circulation des installateurs sera acquise. Le prix d’un ascenseur en France n’a aucune justification économique : c’est un luxe, donc ça se paie au prix du luxe, peu importe le prix de revient ».

Sujet de préoccupation dans le secteur de la construction, l’adaptation des logements au vieillissement fait partie des priorités du ministère de la Santé. Dans ce sens, 20 millions d’euros supplémentaires ont été attribués à l’Agence nationale de l’habitat (Anah) afin de permettre d’atteindre les 100 000 logements adaptés en 2017.

Souhaitant répondre aux nouveaux enjeux de la société, la Fédération des ascenseurs a publié le 21 mars le premier guide*** dédié aux particuliers pour l’adaptation au logement. Intitulé Bien vieillir chez soi, l’ouvrage a pour objectif d’« aider les seniors et leur entourage à envisager l’avenir dans le logement plus sereinement en facilitant l’accès aux étages ».

Un besoin de plus en plus fort chez les Français

Le guide propose ainsi un questionnaire visant à déterminer les besoins précis des résidents afin de leur apporter des solutions adaptées : ascenseur, élévateur domestique, monte-escalier, etc. Les critères de choix sont également passés en revue, de la qualité d’usage aux conditions d’installation, en passant par l’impact financier ou la valorisation immobilière.

À l’initiative de ce document, la Fédération des ascenseurs s’est notamment appuyée sur un constat très simple : 25% des Français ont plus de 60 ans (selon l’Insee), et 76% de la population préfèrerait rester chez elle afin de préserver son autonomie (d’après le Baromètre autonomie OCIRP 2017).

« Maintien à domicile des personnes âgées, croissance verticale des villes, besoin de mobilité et d’accessibilité accrus… l’ascenseur apporte des réponses concrètes et innovantes pour inventer la ville de demain. En tant que professionnels du secteur, nous nous devons d’anticiper les changements et de proposer les solutions et services adéquats » explique Pierre Hardouin, Président de la Fédération.



« L’ascenseur et les autres solutions de mobilité verticale, s’inscrivent comme des maillons qui relient le logement à la vie de la Cité. En améliorant la vie du quotidien en permettant aux personnes âgées de rester chez elles, ils contribuent également à maintenir le lien social grâce à des déplacements facilités », affirme Pierre Hardouin.

Un engagement toujours plus prononcé

Toujours plus impliqué dans le ‘’bien vieillir’’, l’organisme s’inscrit plus que jamais dans une démarche d’accompagnement des particuliers. La Fédération est notamment à l’origine de HomeAccess Ascenseur, plateforme présentée comme « la première auto-évaluation en ligne de l’ascenseur qui permet […] d’évaluer la qualité d’usage de l’ascenseur afin d’accéder chez soi en parfaite autonomie tout au long de sa vie ».

La publication de Bien vieillir chez soi s’impose donc comme la suite logique de la démarche. « À travers ce guide , la fédération souhaite contribuer à une prise de conscience collective sur la nécessaire adaptation de l’habitat aux enjeux de nos sociétés modernes comme le vieillissement de la population », précise Pierre Hardouin.

« Bien vieillir aujourd’hui, c’est aussi bien vieillir chez soi en pouvant s’assurer de la liberté de rester autonome le plus longtemps possible dans un logement », conclut le président de la Fédération des ascenseurs.

Domoclick.com avec Batiweb :
http://www.batiweb.com/actualites/vie-pratique/

***Télécharger le Guide bien vieillir chez soi, 55 pages:
http://www.ascenseurs.fr/wp-content/uploads/2017/03/guide-bien-vieillir-chez-soi_federation-ascenseurs.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.