Bricolage: le marché redémarre porté par l’immobilier et l’envie de faire soi-même.

Partager cet article...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on Tumblr

Après des années de quasi-stagnation, le marché du bricolage de 25,4 millards d’euros (!) a connu une embellie en 2016 en France, porté par la reprise de l’immobilier, qui devrait à nouveau soutenir les ventes en 2017, selon les industriels et les fabricants du secteur. En hausse de 1,9%, selon les chiffres fournis mercredi 3 mai par Unibal (fédération des industriels) et la FMB (fédération des magasins de bricolage).

l’enseigne Weldom qui appartient au groupe Leroy Merlin a ouvert, le 22 mars, son premier magasin test dans la capitale.

« C’est beaucoup plus que les secteurs de l’électroménager (7,7 milliards d’euros), le jardin (8,7 milliards) ou même l’ameublement (9,6 milliards) », a fait valoir Frédéric Sambourg, président de la FMB** lors d’une conférence de presse.Ces dernières années, le marché, mature après un fort développement entre la fin des années 90 et le début des années 2000, avait enregistré des progressions plus faibles, en dessous des 1%.

Voici deux chiffres qui redonnent le moral aux acteurs du bricolage. +10%, c’est l’évolution des mises en chantier de logements en 2016 et 848 000 biens changeant de propriétaires, soit le meilleur niveau depuis dix ans. De quoi nourrir solidement la croissance des ventes des grandes surfaces de bricolage pour les années à venir. « Cela apporte un stock de neufs ou de logements anciens à rénover, aménager ou décorer, se félicite Frédéric Sambourg, à la tête de la Fédération des magasins de bricolage (FMB).

Avec 70 000 salariés en 2016, le bricolage a représenté un chiffre d’affaires global de 25,4 milliards d’euros dans l’Hexagone. Ce marché du bricolage répond aux phénomènes de mode en matière de décoration ou d’aménagement de l’habitat. Mais il accompagne également les mutations de grande ampleur induites par le développement durable (maîtrise des dépenses d’énergie; des produits plus respectueux de l’environnement; un jardin protégé également via des méthodes alternatives…) ou les nouvelles technologies (mobilité).

La reprise de l’an dernier a été portée par un redémarrage de l’immobilier, aussi bien dans le neuf que dans l’ancien. Elle a également été soutenue par la croissance du nombre de mètres carrés, même si le nombre de magasins consacrés au bricolage (environ 2.200) a tendance à moins croître depuis plusieurs années.

Le secteur du bricolage recouvre en tout plus de douze secteurs d’activité, allant de l’outillage à la peinture, en passant par la décoration ou le bâtiment. Il se partage entre les grandes surfaces spécialisées:

Source: LSA 2017

(GSB, 77% du marché),
les négoces (15%),
les petits quincaillers (3%),
le e-commerce (3%) et
les grandes surfaces alimentaires (2%).

Le commerce électronique, bien qu’encore très minoritaire, a enregistré l’an dernier une très forte progression (+25%), alors que les « pure players » comme Amazon développent leur offre, et que les acteurs traditionnels lancent à leur tour des stratégies numériques.

En 2016, tous les segments du marché ont progressé, à l’exception de l’électricité (-4,3%) qui subit le contrecoup du boom de consommation enregistré en 2015, avec les détecteurs de fumée rendus obligatoires.
Les progressions les plus importantes sont enregistrées par les revêtements (+4,7%) et l’outillage (+4,2%).

Pour 2017, les professionnels se montrent optimistes, alors que les mises en chantier continuent de progresser dans le neuf et que les achats pour la rénovation dans l’ancien se poursuivent.Le premier trimestre a démarré timidement (+0,2%, -1,4% à surfaces constantes), pénalisé par une base de comparaison élevée. Mais le reste de l’année devrait progressivement monter en puissance pour atteindre entre 1 et 2% de croissance, estiment la FMB et Unibal.

** FMB, fédération des magasins de bricolage:
http://www.fmbricolage.com/

Domoclick.com avec François NASCIMBENI pour l’AFP (visuels de LSA)

https://www.weldom.fr/weldom/

Le 5ème congrès international du bricolage.
Nous retrouverons les Présidents Régis Degelke, Président de l’EDRA, et Reinhard Wollf, Président de la FEDIYMA en 2017 pour le 5ème congrés international du Bricolage à Berlin.

En 2016, les 8 et 9 juin se tenait le congrès international du bricolage à Stockholm, toujours organisé par la European DIY Association of retailers (EDRA et la FEDIYMA (Federation of DIY Manufacturers).

Le thème de ce congrès était « Un monde en plein bouleversement – Les nouvelles tendances dans l’aménagement de la maison ».
Plus de 800 professionnels étaient rassemblés et ont profité d’interventions sur les sujets suivants :
• Le leadership – S’investir pour assurer une performance maximale
• La maison connectée : des débouchés pour le secteur du bricolage et de l’aménagement de la maison
• Les dérégulateurs – Les nouveaux défis du monde digital
• L’évolution du marché – L’impact de ce bouleversement pour le monde du bricolage
• Le bricolage et l’aménagement de la maison à travers le monde (avec la présentation des marchés turc, Islandais et Japonais notamment).

Rappel de la loi sur la TRANSITION ENERGETIQUE , version 2014:

 Cinq objectifs clairs et volontaires La loi de programmation fixe les objectifs à moyen et long termes pour donner de la visibilité et un cadre à:
l’action conjointe des citoyens, des entreprises, des territoires et de l’État :
1- réduire les émissions de gaz à effet de serre françaises pour contribuer à l’objectif européen de baisse de 40 % de ces émissions en 2030 (par rapport à la référence 1990) ;
2-diminuer de 30 % notre consommation d’énergies fossiles en 2030 ;
3-ramener la part du nucléaire à 50 % de la production d’électricité en 2025 ;
4-porter en 2030 la part des énergies renouvelables à 32% de notre consommation énergétique finale, soit 40 % de l’électricité produite, 38 % de la chaleur consommée et 15 % des carburants utilisés ;
5-diviser par deux notre consommation finale d’énergie d’ici 2050

Le dossier de 27 pages:
http://www.fmbricolage.com/fichiers/contenu/dossier-de-presse-18-juin.pdf

Partager cet article...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on Tumblr

5 Comments

  1. en plus de penser que ça coûte moins cher de faire soi-même il y a aussi la satisfaction personnelle et de se dire qu’on peut tout faire soi-même

  2. Le congrès devait être très intéressant. Le faire soi même permet également de créer pleins de choses, je suis maçon et je loue à mes voisins ma scie circulaire à un tout petit prix, du coup je rencontre des gens, je me fais quelques sous de côté et je me fais connaître dans mon travail

  3. c’est un phénoméne de mode mais qui a l’avantage de redonner une valeur aux artrisants, mon mari est dans le ravalement de façade et beaucoup de voisins lui posent des questions sur les travaux de bâtiments, je trouve ça gratifiant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *