Climat: Sept ans après l’ouragan Sandy, New York vote une ambitieuse loi de réduction de 40% des émissions des bâtiments dès 2024.

Souvenez-vous, l’ouragan Sandy qui a paralysé NEW YORK en octobre 2012 au point de resssembler à certaines séquences du film catastrophe Le jour d’après. a servi de signal d’alarme et depuis, la ville s’est engagée à réduire ses émissions de 80% d’ici 2050. Passant de la parole aux actes, le conseil municipal de New York a adopté jeudi 18 avril un texte qui obligera les gratte-ciel et grands bâtiments à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030, une loi qui se veut pionnière dans la lutte contre le réchauffement climatique.


Aux termes du texte voté jeudi 18 avril, intitulé « Climate Mobilization Act », les bâtiments les plus polluants devront réduire leurs émissions de 40% dès 2024. Les autres auront jusqu’en 2030. A défaut, ils seront soumis à de lourdes amendes. Les milliers de bâtiments résidentiels et commerciaux de plus de 2.300 m2 concernés par le texte représentent près du tiers des émissions de la ville, a indiqué le conseil dans un communiqué.

Parmi eux, des bâtiments aussi célèbres que l’Empire State Building, le Chrysler Building ou la Trump Tower: le gratte-ciel emblématique du président américain, où siège sa société, la Trump Organization, est l’un des bâtiments les plus énergivores de la métropole américaine, selon l’association ALIGN qui a soutenu le texte. Le président du conseil municipal, le démocrate Corey Johnson, s’est félicité dans un tweet que la ville ait voté « la législation de réduction des gaz à effet de serre la plus agressive jamais adoptée par une grande ville américaine ».

« Nous sommes au bord d’un désastre climatique et New York agit », a-t-il ajouté. « J’espère que d’autres villes suivront ».

Le secteur immobilier s’est battu contre le texte, qui pourrait coûter quelque 4 milliards de dollars aux propriétaires, selon certaines estimations. Le président du syndic d’un immeuble résidentiel de plus de 400 appartements dans le district du quartier du Queens, Ed Ermler, a affirmé que la tâche était impossible dans l’état actuel des technologies.

« Ce n’est pas comme si on avait une baguette magique », a-t-il affirmé à des médias américains. Le maire démocrate de New York, Bill de Blasio, s’est déjà engagé à entériner le texte, et pourrait le signer lundi prochain, en l’honneur de la Journée de la Terre.
Les autorités new-yorkaises se veulent à la pointe de la lutte contre le réchauffement climatique.

L’ouragan Sandy qui a paralysé la ville en octobre 2012 a servi de signal d’alarme et depuis, la ville s’est engagée à réduire ses émissions de 80% d’ici 2050. Bastion démocrate, elle prend ainsi le contrepied du gouvernement climato-sceptique de Donald Trump. La réduction des émissions des bâtiments d’ici 2030 figure aussi parmi les grandes mesures prônées au niveau national par le « Green New Deal », projet législatif porté par la jeune star démocrate du Congrès, Alexandria Ocasio-Cortez.

Domoclick.com avec l’AFP

Les acteurs de la ville durable en France:
https://villedurable.fr/profils-utilisateurs

Forum smart City
https://www.latribune.fr/regions/smart-cities.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.