ExpéRénos et immobilier: Les 12 projets lauréats de l’appel à expérimenter testent les idées de l’atelier Booster de la Rénovation avec les agents immobiliers.

Partager cet article...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on Tumblr

Lancé en octobre dernier, l’appel à expérimenter « ExpéRénos » a reçu 80 candidatures de la part de start-up, collectivités, architectes ou encore bureaux d’études. Douze projets ont été sélectionnés et bénéficieront d’un accompagnement pendant six mois dès janvier 2018.Douze projets ont été sélectionnés par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), dans le cadre de son appel à expérimenter « ExpéRénos » sur la rénovation énergétique des logements, lancé en octobre dernier. « L’appel à expérimenter « ExpéRénos » avait pour objectif d’identifier des volontaires pour tester les idées issues d’un atelier collaboratif (le « Booster de la rénovation ») », rappelle l’Ademe.

Appareils de mesure servant à l’établissement d’un dossier de DPE: diagnostic de performance énergétique.

Sur 80 candidatures, douze projets ont donc été retenus : c’est le cas de trois projets autour du VEFA Réno (Vente en état futur d’achèvement), « qui se concentrent sur le moment stratégique de la transaction immobilière pour proposer à un acheteur d’acquérir une version énergétiquement rénovée du logement », explique l’Ademe. Ils seront testés dans les Deux-Sèvres par le maître d’oeuvre « m² », la société Acthe, une agence immobilière ainsi que la plate-forme territoriale de rénovation ACT’e (communauté de communes du Thouarsais). Ces mêmes projets seront expérimentés à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) par l’Alec Pays de Saint-Brieuc, et dans le Grand Est, via le dispositif Oktave. « L’intégration des agents immobiliers dans le jeu d’acteur de la rénovation énergétique et leur formation à la rénovation sera testée via 2 projets : par l’ALEC de la métropole grenobloise et par la Maison de l’Habitat Durable de Lille. Dans ce dernier cas les questions de précarité énergétique subies par les locataires seront abordées », est-il précisé.

Des projets de rénovation mais aussi de sensibilisation et d’information

Un projet sur l’auto-rénovation, porté par la Fédération des accompagnateurs à l’autoproduction et à l’entraide dans le bâtiment (FédAC) a également été désigné pour être testé sur cinq territoires : « il s’agira de creuser les aspects assurantiels de cette pratique », indique l’Ademe. Par ailleurs, « le potentiel de massification des dynamiques de rénovation collectives à l’échelle d’un quartier sera testé par l’ADIL de la Drôme via le projet Eco-Lôti ». Le corner d’information pour le public « pop up réno » sera testé en Nouvelle Aquitaine, par l’Agence départementale d’information sur le logement 79 (ADIL 79). Autre projet retenu : « le dispositif du tiers payant artisans, qui sera travaillé de manière collective par deux structures nancéiennes : l’association Camel et l’ALEC Nancy Grands Territoires. Sous un format similaire au tiers payant de la sécurité sociale, il s’agira d’alléger le poids financier de l’avance des travaux par le particulier en attendant le versement des aides publiques », explique l’Ademe.

Enfin, trois projets sur la sensibilisation des particuliers au sujet des travaux de  rénovation énergétique seront également testés : « #ECOL’HOME engagera une démarche de sensibilisation en milieu scolaire via un test sur Orléans porté par l’ADIL – EIE (Espace Info Energie) 45. Les « Journées du patrimoine ordinaire » et l’émission « Bonjour chez vous » développés par tema.archi viendront quant à elles compléter ces dispositifs en jouant sur l’envie et la valorisation patrimoniale », détaille l’Ademe. De janvier à juin 2018, les douze lauréats seront accompagnés : ils bénéficieront d’un « accompagnement technique et d’un suivi particulier de la part de l’Ademe et du Plan bâtiment durable », explique l’Ademe: conseils, mise en visibilité, ou encore appui méthodologique seront apportés. « En complément des dispositifs actuels (formation des professionnels, aides financières, etc.), il est désormais nécessaire de travailler sur le « parcours usagers » du particulier pour rendre les travaux de rénovation encore plus désirables et faciles et ainsi changer d’échelle », conclut l’Ademe.

Domoclick.com avec Par Eva Gomez pour Environnement-magazine :
http://www.environnement-magazine.fr/energie/articles.php

Partager cet article...Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on Tumblr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *