Florence TIBI: Comment rénover les bâtiments anciens dans le respect de la RT et du patrimoine ?

La crise du logement n’est pas résolu par la réglementation et l’impôt en vigueur en 2013. C’est pourquoi il devient prioritaire, sinon impératif d’améliorer la performance énergétique des bâtiments existants. C’est à la fois le propos de Florence TIBI ,responsable du pôle bâtiment et mobilité durable à la DDT** et le sujet d’une conférence organisé par Maisons Paysannes de France le 21 février à Saint Lèonard-de-Noblat avec Tony Marchal*** sur la réhabilitation du bâti ancien et les performances énergétiques, dans le cadre des jeudis du patrimoine (secteur sauvegardé de la Haute-Vienne). 


La réglementation thermique des bâtiments existants

Applicable depuis novembre 2007, cette Réglementation Thermique (RT) pour la rénovation thermique des bâtiments concerne les travaux d’amélioration de l’habitat avec des exigences éléments par éléments (tableau ci-contre). D’une part, cette RT couvre les maisons anciennes de moins de 1.000 m² et construite avant 1948 et également pour tous les bâtiments de plus de 1.000 m² achevés depuis 1948. L’objectif est d’améliorer significativement leur performance énergétique. Pour les travaux soumis à autorisation de construire, à savoir les extensions inférieures à 150 m² et 30 % de la SHON (Surface hors œuvre nette), une attestation d’achèvement est à fournir pour les permis déposés depuis le 1er janvier 2013. Elle est établie par un professionnel reconnu, soit un maître d’œuvre de la CAPEB, de la FFB, soit par un contrôleur technique ou un architecte dont la liste est disponible sur les sites de ces syndicats professionnels du bâtiment cités, en particulier rtbatiment.fr ou « Reconnu Grenelle Environnement »****

Eléments par Eléments

Il s’agit de la ventilation mécanique, des parois opaques et vitrées, de l’eau chaude sanitaire, du refroidissement, de l’éclairage, du chauffage et des énergies re-nouvelables. Si on intervient sur l’un d’eux, il faudra respecter des performances mini-males. Quand on remplacera ses fenêtres, les nouvelles correspondront à un double vitrage à isolation renforcée. Lorsqu’on isolera ses combles, une résistance thermique minimale R de 4,5 W/m² sera exigée, soit 15 à 20 cm d’isolant selon le type de matériaux. Pour isoler ses murs par l’extérieur, 10 à 12 cm sont demandés. Une chaudière neuve aura également un rendement minimal. Il est recommandé de privilégier les éco-matériaux avec avis technique du CSTB* car des compagnies d’assurance ne les reconnaissent pas.

Deux pièges à éviter.


La réglementation comporte un piège car ces exigences s’appliquent aux bâtiments construits en matériaux industriels de type parpaing, brique, béton banché, bardage métallique ou terre cuite. Ainsi les maisons en pierre ou bois sont exclues car on estime que leur comportement est spécifique vis à vis de l’humidité. L’association Maisons Paysannes de France*** conseille les particuliers sur la performance de ces bâtiments, une solution adaptée existe pour chacun. Il ne faut pas non plus tomber dans le second piège, à savoir que cette RT exige un minimum. Il est préférable, si son budget le permet, d’aller au-delà de ce plancher. Comme la main d’œuvre représente les deux tiers du coût des travaux, on a intérêt à augmenter son budget matériau pour ne pas intervenir à nouveau, par exemple, poser 30 ou 40 cm d’isolant sous combles. Il faudra être vigilant quant à l’utilisation du bâtiment. Si on isole plus et qu’on chauffe plus, les 50 % théoriques d’économies d’énergie seront perdues. Une isolation renforcée implique aussi de revoir la ventilation car la sensation chaud et froid ne dépend pas que de la température mais aussi de son homogénéité, du degré d’humidité, des courants d’air, du réglage de la VMC (Ventilation mécanique contrôlée) double flux et de l’effet paroi froide comme le carrelage.

Domoclick.com avec Corinne Mérigaud pour InfoMagazine:
http://www.infomagazine.com/journal/haute-vienne

L’ensemble des actualités du site RT-bâtiment. Nouvelles rubriques, nouveaux documents, mise à jour de documents sur les RT.

http://www.rt-batiment.fr/

* CSTB: http://www.cstb.fr/actualites/batiment-durable.html

** La direction 
départementale de l’équipement (DDE) et la direction départementale de l’agriculture et de la forêt (DDAF) sont devenues au 1ier janvier 2010 la DDT, direction départementale des territoires.

http://www.haute-vienne.gouv.fr/Les-services-de-l-Etat/Services-departementaux-de-l-Etat/Direction-departementale-des-territoires-de-la-Haute-Vienne

*** Les Délégations Creuse et Haute-Vienne de « Maisons Paysannes de France » (MPF) vous convient à une journée sur le thème :
Samedi 6 avril 2013, à Saint-Just-le-Martel (Haute-Vienne), à 10 Km de Limoges: Faire l’histoire et la généalogie d’une maison dans son contexte historico-socio-économique
Rendez-vous à 8h45, à l’hôtel-restaurant «Le Petit Salé » : Les Chabannes, sur la D941 qui va de Limoges à Saint-Léonard-de-Noblat.

INSCRIPTION PRÉALABLE INDISPENSABLE, merci de contacter Denise Baccara-Louis : Déléguée de Maisons Paysannes de France pour la Haute-Vienne, provisoirement en charge de la Creuse, tél: 05 55 56 10 26
haute-vienne@maisons-paysannes.org
– En Corrèze : Michèle et Bruno Hougas , tél: 05 55 95 31 84
correze@maisons-paysannes.org

Toutes LES FORMATIONS MPF, théoriques et pratiques: Connaître le bâti traditionnel et contemporain:
http://mpflimousin.free.fr/pdf/Formations2013MPF_Poitou-Charentes.pdf

**** Professionnels Reconnus Grenelle Environnement/
http://www.qualit-enr.org/reconnu-grenelle-environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.