Pinterest, Pin comme épingler et Interest comme intérêt. Le petit nouveau pourrait bien tirer son épingle du jeu sur la planète encombré des réseaux sociaux et cette arrivée récente, depuis 2010, intrigue sérieusement la toile: après deux ans d’existence, Pinterest draîne 13 millions d’internautes qui épinglent (« pin ») à ce tableau virtuel les photos et vidéos qu’ils aiment, sans aucune autre utilité que le plaisir des yeux. Pourtant, les trois fondateurs ont pensé plus loin dès leur création en intégrant un modèle économique productif dès l’origine, contrairement à Facebook fondé sur la course à l’audience. Vive la créativité et les campus universitaire sans qui ce trio n’aurait pas réussit un tel défi

Deux des trois lauréats des 5ème Crunchies Awards en mars 2012

Pinterest a remporté le prix de la meilleure nouvelle startup lors des 5èmes Annual Crunchies Awards, le 31 janvier 2012 à San Francisco

Imaginez un frigo géant sur lequel vous pourriez aimanter la recette d’une tarte à la rose, la dernière petite robe vintage dont vous rêvez ou encore le voyage à Panama que vous planifiez: Pinterest c’est cela, un tableau d’affichage universel beau, alléchant, facile à utiliser, sans aucun objectif pratique avoué.

Créé début 2010, le site a connu ces derniers mois une explosion de fréquentation, bien qu’il soit encore en phase de test, et accessible sur invitation seulement. Il draine plus de curieux vers les sites de commerce en ligne que les géants de l’internet communautaire YouTube, LinkedIn et Google+ réunis, selon une étude du cabinet Shareaholic parue en janvier.
« Pinterest est le nouveau site qui monte le plus sur internet », explique le cabinet RJ Metrics. « La plupart des gens aiment passer du temps à regarder des photos de chiots ou de gâteaux », commente Avery Spofford sur son site shefinds.com. « Nous aussi! » Pour cette journaliste, « Pinterest est le dernier outil en date de perte de temps pour les masses ».

Sur le site, très épuré, l’internaute peut ouvrir son propre tableau d’affichage, rechercher par catégorie comme « mariage », « jardinage » ou « livres », « aimer », « ré-épingler » ou encore « commenter » chaque image. La recette est simple et fait des émules sur d’autres sites qui invitent à leur tour, à « épingler » sur Pinterest leurs images d’un seul clic.
Le seul impératif est de respecter les droits d’auteur des images. Le site suit la procédure mise en place par la loi américaine et propose à l’internaute de faire lui-même la police en signalant les contenus piratés.
Et sur cette mosaïque géante, pas de réclame. Du moins payante. « Le nombre de publicité que les marques s’offrent gratuitement sur ce site est incroyable! », fait remarquer la bloggeuse Kerry Sauril sur WomenInBizNetwork.com.

« Sans même avoir à créer leur tableau d’affichage, des marques de vêtements, des décorateurs ou encore des entreprises high-tech voient leurs produits épinglés et adorés gratuitement! ».D’où la ruse de certaines marques qui ont senti le filon, créant par exemple des partenariats avec des bloggeuses vedettes de l’adresse. C’est le cas de la californienne Christine Martinez, dont les conseils beauté sont suivis par un million d’internautes sur Pinterest. Une marque de maillots de bain l’a invitée à passer une semaine à Saint Barthélémy.

Aux Etats-Unis, la plate-forme est toutefois devenue un vrai lieu de création écrit Nicolas Rauline dans un article très fouillé parue dans Les Echos*. « Tout le monde n’a pas des talents d’écrivain, affirmait il y a quelques semaines Ben Silbermann à « Business Week ». Le blog n’est donc pas fait pour tout le monde. » Un phénomène a surpris, y compris ses fondateurs : des femmes au foyer se sont emparées de Pinterest pour publier des photos de décoration de leur maison, des recettes de cuisine qu’elles expérimentaient ou encore des vêtements qu’elles avaient. Aux Etats-Unis, l’audience est d’ailleurs féminine à 80 %. Ce qui n’est pas encore le cas en Europe, où les geeks se sont saisis du phénomène et constituent pour l’instant la plupart des utilisateurs.Parmi les passionnés de Pinterest, on trouve aussi certaines professions : les cuisiniers, les architectes, les designers… qui en font un usage professionnel… « C’est la première plate-forme où les « early adopters » ne sont pas des geeks », note Emmanuel Vivier, spécialiste du marketing et des médias sociaux, qui a récemment réalisé une étude sur le phénomène, cité par Les Echos*.

Page d’accueil du site Pinterest.com
Sur le site, très épuré, l’internaute peut ouvrir son propre tableau d’affichage, rechercher par catégorie comme mariage , jardinage ou livres , aimer , ré-épingler ou encore commenter chaque image. La recette est simple et fait des émules sur d’autres sites qui invitent à leur tour, à épingler sur Pinterest leurs images d’un seul clic. AFP – Karen Bleier

« Ces derniers mois, ça été le tourbillon à Pinterest! », confie le co-fondateur Ben Silbermann sur son blog. « C’est salutaire et passionnant! »
Sa petite équipe travaille dans un modeste immeuble de la Silicon Valley en Californie. La douzaine de salariés installés dans un bureau aux murs nus ne lèvent pas la tête de leur petit écran lorsqu’un journaliste de l’AFP vient leur rendre visite.

Parmi les fans de Pinterest, on retrouve Dave Morin, un ancien de l’équipe Facebook qui a créé l’application Path, sorte de journal intime moderne.
Pour lui, Pinterest est une espèce de sous-groupe dans la grande famille de Facebook. « Maintenant que les gens ont compris la sociabilité sur internet, ils sont friands d’expérience et de points de vue uniques sur différents sujets », explique-t-il. « Pinterest offre un espace où on peut partager ses centres d’intérêts les plus personnels ».

Domoclick.com avec l’ AFP

* Lire Les Echos du 13 mars 2012: Pinterest, le réseau qui est en train de se faire un nom

Facebook lui-même n’a pas connu une progression aussi rapide de son trafic. Créé il y a tout juste deux ans, le site américain qui permet d’ « épingler » ses centres d’intérêt sur la Toile attire déjà plus de 20 millions d’utilisateurs dans le monde. Radiographie de la dernière « success story » du Net.
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/enquete/0201933113377-pinterest-le-reseau-qui-est-en-train-de-se-faire-un-nom-301006.php

Article précédentUn an après Fukushima, des dizaines de milliers de manifestants à travers le monde, contre l’énergie nucléaire, interpellent les politiques.
Article suivantForum de l’eau à Marseille: 130 pays s’engagent pour le droit universel à l’eau potable alors que se confirme le déficit de pluies sur la France
Jérome Robert
Ex concepteur-redacteur multimedia, Jerome ROBERT est co-fondateur du site Domoclick.com créé en 2000 à Albi (81000 FRANCE) sur l'innovation et la communication dans l'habitat. Il a co-écrit avec Laurent FABAS (ingénieur thermicien) le "Guide de la maison économe, la solution écologique" (Eyrolles pratique 2008) !