ACTU: Onemoretab, Le Gorafi et Les clés de la Presse offrent une nouvelle culture de la presse.

Entre faire votre revue de presse perso, lire la presse sous un angle totalement parodique (ça peut faire du bien) et approfondir les coulisses du business de la presse, internet nous offre ces trois variantes extrèmes. Dans l’ordre, nous vous présentons Onemoretab, un nouveau service en ligne qui agrège plus de 160 titres de la presse française avec des fonctions par catégories selon vos préférences. Le Gorafi , depuis 1826 , toute l’information de sources contradictoire (c’est la signature du nouveau site parodique) et Les Clés de la Presse, quotidien professionnel sur la presse pour savoir qui fait quoi, où, comment, pourquoi, avec qui. Des sources qui démontrent que si la presse va mal, ça bouge à tous les étages pour changer la donne.Page de résultat de Onemore tab après avoir fait votre sélection de titres

Onemoretab, tab the news en français.

Avec la multiplication des titres de presse et la diversification des thématiques abordées, il est plutôt facile de se perdre dans les méandres de l’actualité. Pour les accros à l’info, le site Commentçamarche a trouvé un outil qui pourrait vous plaire. Onemoretab est une solution de veille qui permet de créer son propre portail d’actus, en sélectionnant ses journaux et rubriques préférés. Vous connaissez peut-être déjà Netvibes. Le fonctionnement de Onemoretab est assez similaire, mais sa spécificité, c’est qu’il est dédié à la presse française.

Avec ou sans création de compte, vous pouvez créer votre portail de veille personnalisé, et ce en toute simplicité ! Quatre rubriques générales (actus, culture, sport, femme) regroupent l’ensemble des titres francophones que nous connaissons, ainsi que les rubriques qu’ils proposent. Il ne vous reste plus qu’à cocher ce qui vous intéresse, pour accéder aux différents flux d’informations.Chacun de ces flux est ensuite rangé dans des onglets thématiques, et vous disposez d’une vue rapide sur l’actualité que vous aimez. Onemoretab* est vraiment accessible à tous, vu sa simplicité d’utilisation, et vous permettra d’être incollable sur l’information.

Le Gorafi, un journal «né en 1826, après un conflit d’intérêts avec les créateurs du Figaro»

Le Gorafi doit son nom à la dyslexie de son fondateur, un certain Jean-René Buissière, raconte le site aux 15.000 fans sur Facebook.
Imitant à la perfection les codes des médias, ce site de presse insolite n’en sème pas moins la confusion chez les lecteurs au point de devenir moins inoffensifs qu’ils ne le semblent au départ ? Mais la page A propos prévient le lecteur-surfeur à la recherche d’une explication: « Les articles du Gorafi sont ils authentiques ? Jusqu’à preuve du contraire, tous les articles rédigés ici sont faux. Les prénoms et noms des personnes mises en scène dans les articles sont imaginaires. Les noms propres utilisés et les marques citées le sont ici à but satirique et parodique. Les opinions ou idées développées sont fausses et ne peuvent être tenue comme authentique. » On ne s’étonnera donc pas que parmi les scoops « Les roux obtiennent le statut d’Etat observateur à l’ONU. NEW-YORK – La nouvelle est passée totalement inaperçue. Le 29 novembre dernier, alors que la Palestine gagnait son statut d’Etat observateur à l’ONU, un autre pays a également obtenu la même reconnaissance. Tout en discrétion, les roux se sont vu reconnaître un Etat qui leur est spécialement réservé… »

Page d'accueil d'une précédente édition du Gorafi

Extrait de l’Edito à l’occasion du premier anniversaire du Gorafi:

« Vous êtes désormais plusieurs millions à nous lire ou à essayer de nous lire. Vous aurez noté quelques améliorations diverses destinées à améliorer le site. Désormais les articles sont accompagnés d’images explicatives, permettant aux lecteurs qui ne seront pas à même de déchiffrer les suites de lettres de comprendre. Nous avons largement investi dans les nouveaux réseaux sociaux. Nous sommes leader sur des réseaux de pointe comme Google+ ou Quora. Vous êtes chaque jour de plus en plus nombreux. Hélas, rançon de la gloire, d’autres, continuent de nous attaquer, de qualifier le travail de la rédaction de « peu sérieux », « pas recherché », « sans source », voire de « parodique et satirique ». Des mots très graves qui nous touchent. Ces accusations ne resteront pas sans réponse. Dans l’immédiat j’aimerais souhaiter un joyeux anniversaire à nos journalistes et à nos lecteurs ».

Jean-François Buissière, président du Directoire du Gorafi
Lire le début de l’éditorial:
http://www.legorafi.fr/2013/02/20/un-an-de-gorafi-par-jean-francois-buissiere-president-du-directoire-du-gorafi/
Les articles sont tous copyright © LeGorafi News Network

Un modèle économique qui inverse les rôles.

Dans une interview publié par le journal 20 minute** s, un des rédacteurs du Gorafi révèle que « Chez nous, ce sont les journalistes qui paient pour pouvoir écrire dans le journal. Ce qui fait qu’on est le seul organisme de presse bénéficiaire en France. C’est un nouveau modèle économique dont devraient s’inspirer d’autres médias. Propos recueillis par Annabelle Laurent

Pour tout savoir sur les Clés de la presse

Créé en février 2005, les Clés de la presse s’est imposé en quelques années comme un acteur incontournable du monde de la presse. Positionné comme « la boîte à outils des professionnels de la presse », ce support d’information se décline à travers trois publications complémentaires.

L’ambition des Clés de la presse

Notre objectif, au quotidien, pour tous les produits que nous réalisons, que ce soit la lettre électronique, le mensuel électronique, le magazine papier, nos modules de formation, le site Internet ou nos guides, est le même : apporter aux professionnels de la presse des outils d’aide à la décision qui leur soient utiles dans l’exercice quotidien de leur métier.

Le sommaire
– La nouvelle stratégie du groupe Roularta en France, expliquée par Rik de Nolf
– 2 lancements en 2 mois chez Mondadori
– La Wan-Ifra ferme sa filiale stéphanoise
– La Dépêche intéressée par Sud radio, mais « pas à n’importe quel prix »
– La cession de Têtu finalisée
– Atlantico parie sur des produits payants
– Le groupe Hospimedia accélére son développement
– Le Huffington post français devrait être rentable en 2014
– Le Liseur média intègre Uni éditions à compter du 1er avril
– Viamédia lance une nouvelle version de son portail d’annonces légales
– JC Decaux surveille de près la vente de CBS outdoor
– Guillaume Drouin : « Avec Arts et gastronomie, nous nous sommes pris au jeu de l’édition d’un magazine »
– Décryptage : les chaînes de télévision privées s’attendent à une rude année publicitaire

Prix de l’édition: 4€

1. Une lettre électronique
De périodicité bi-hebdomadaire (elle paraît le mardi et le vendredi), elle propose, 90 fois dans l’année, toute l’actualité du secteur de la presse : les nominations, les mouvements, les stratégies des éditeurs (contenus, diffusion, commercial, numérique), des analyses, des interviews, un agenda détaillé, des petites annonces, et la pige exhaustive de tous les lancements.

2. Un magazine (électronique et papier)
Publié 6 fois par an, il propose une série d’enquêtes, d’entretiens, de reportages, de résultats d’études, sans oublier des retours d’expériences menées par les éditeurs pour développer leur diffusion, accroître leurs recettes publicitaires ou se positionner sur Internet. Un condensé de bonnes pratiques.
http://www.lesclesdelapresse.fr/

L’abonnement aux Clés de la presse comprend obligatoirement le magazine bimestriel (6 par an) et la lettre d’information électronique (90 par an). La consultation aux archives vous est offerte durant toute la durée de votre abonnement.

Abonnement spécial 8 ans – 12 mois pour 87,00€
http://www.lesclesdelapresse.fr/abonnements/s-abonner-au-magazine/

* Le nouveau agrégateur de la presse française, onemoretab:
http://www.onemoretab.com/#

** Le quotidien 20 minutes http://www.20minutes.fr/

Domoclick.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.