Bonne nouvelle pour Linky après un démarrage contesté durant sa période test en indre et Loire et une partie de la région Lyonnaise. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a proposé de généraliser le dispositif de comptage évolué de l’électricité baptisé Linky, en se basant sur les résultats de l’expérimentation menée depuis plus d’un an par ERDF auprès de plus de 250.000 clients. La principale innovation de ce compteur est de fournir des données précises, site par site et en temps réel des consommations de façon à interagir sur l’ensemble du réseau régional ou national. Ce qui permettra d’ajuster la fourniture d’électricité et de s’intégrer dans les réseaux du « smart grid* . Compte-rendu du CRE avec Enerzine, le site portail de toutes les énergies.

Dans sa délibération, la CRE estime que le développement de compteurs évolués d’électricité demeure nécessaire pour continuer à garantir la stabilité des réseaux électriques. Les gestionnaires de réseaux doivent faire face de plus en plus à l’essor des énergies renouvelables, sources de production d’électricité intermittentes (l’éolien et le photovoltaïque) et décentralisées qui rendent plus difficile l’équilibrage entre la demande et l’offre d’électricité.

Le compteur Linky, rendra ainsi possible un suivi beaucoup plus fin et en temps réel, de la consommation électrique de chaque ménage. Cela reste un point essentiel du développement de réseaux d’électricité intelligents (encore appelé Smart grids). 

Une généralisation du compteur Linky contribuera toujours selon la CRE à non seulement maintenir la stabilité des réseaux d’électricité, mais aussi, elle permettra surtout d’améliorer la qualité du service, notamment en basse tension, en généralisant la relève des compteurs à distance, en facturant les consommateurs sur la base de données de consommation réelles et non plus estimées, en encourageant la multiplication des offres tarifaires des fournisseurs pour répondre aux besoins spécifiques de chacun.

Selon la CRE, la généralisation du compteur Linky devrait favoriser la maîtrise de la demande en période de pointe. 

Point important, l’analyse technico-économique suggère qu’une généralisation du compteur Linky serait « globalement neutre du point de vue financier ». Ainsi, la valeur actualisée nette du projet pour le distributeur serait, selon les hypothèses retenues, légèrement positive. Elle a pu être évaluée à environ +0,1 Md€ en 2010 pour un investissement initial proche de 4 Md€ en 2010 grâce « aux futures économies de coûts d’exploitation associées à l’installation du compteur. »

La CRE estime par ailleurs qu’une décision rapide de généraliser le compteur Linky serait « très favorable à l’industrie française ». Car selon la Commission de Régulation de l’Energie, au sein des pays développés, « la France dispose actuellement d’un avantage compétitif en matière de compteurs communicants. L’expérimentation menée par le gestionnaire de réseau de distribution ERDF est sans équivalent à l’étranger par son ampleur et la richesse des enseignements recueillis. » Et d’ajouter « une décision rapide de généraliser Linky en France favoriserait aussi l’adoption des standards et normes françaises au niveau international. »
 
Le déploiement du compteur Linky doit être initié avec la technologie dite « CPL G1 ».

Cette technologie est jugée « mature », « robuste », déjà utilisée par ERDF et « suffisante » pour la mise en œuvre des fonctionnalités de Linky.

En raison des enjeux industriels, la CRE insiste néanmoins sur l’importance d’annoncer, dès le lancement du déploiement, que le « CPL G3 », aujourd’hui en phase de développement, constitue la technologie-cible à terme. La technologie « CPL G3 » apportera des améliorations significatives pour les gestionnaires de réseau d’électricité sans toutefois comporter de fonctionnalité supplémentaire pour les consommateurs. 

Pour finir, au 31 mars 2011, sachez qu’ERDF a reçu près de 2.400 réclamations suite à la pose du compteur Linky, soit près de 1 % des clients ayant eu un changement de compteur. 

Environ 80 % des réclamations concernaient la non-qualité de l’intervention technique (coupures de l’alimentation électrique dues à l’interrupteur intégré au compteur, arrêt du fonctionnement du ballon d’eau chaude suite à la pose du nouveau compteur, non fonctionnement de l’appareil, etc.). Les 20 % restants concernaient la pose du compteur non réalisée à la date planifiée, la mauvaise qualité de l’information transmise et la contestation des index de pose.

http://www.enerzine.com/

La CRE: Commission de régulation de l’énergie
http://www.cre.fr/

* La « smart grid » est une des dénominations d’un réseau de distribution d’électricité « intelligent » qui utilise des technologies informatiques de manière à optimiser la production et la distribution et mieux mettre en relation l’offre et la demande entre les producteurs et les consommateurs d’électricité.L’apport des technologies informatiques devrait économiser l’énergie, sécuriser le réseau et en réduire les coûts. C’est aussi une réponse au besoin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le dérèglement climatique.
http://www.plan-batiment.legrenelle-environnement.fr/index.php/actualites-du-plan/grands-dossiers/140-smart-grids-ou-reseaux-intelligents-et-grenelle

Les SMART GRIDS ( ET AUTRES SMART… ) un enjeu mondial et stratégique pour notre pays.
présentation par le Cluster du bâtiment économe en Midi_Pyrénées par Bernard REYNIER : http://www.batimenteconome.com/telechargements/COMPETENCES_POUR_DEMAIN.pdf

Linky, le « compteur communicant » qui dérange fera économiser 50€/an:
https://www.domoclick.com/?p=963

Domoclick.com

Les points forts du communiqué du CRE: Dans sa délibération, la CRE attire l’attention sur les points suivants :

> Le développement de compteurs évolués d’électricité est nécessaire pour continuer à garantir la stabilité des réseaux électriques. Les gestionnaires de réseaux doivent notamment faire face à l’essor des énergies renouvelables, sources de production d’électricité intermittentes et décentralisées qui rendent plus difficile l’équilibrage entre la demande et l’offre d’électricité. Le compteur Linky, qui rendra possible un suivi beaucoup plus fin et temps réel, constitue un élément essentiel du développement de réseaux d’électricité intelligents (Smart grids).
> Une généralisation du compteur Linky bénéficiera aux consommateurs. Elle contribuera à maintenir la stabilité des réseaux d’électricité. Elle permettra surtout d’améliorer la qualité du service, notamment en basse tension, en généralisant la relève des compteurs à distance, en facturant les consommateurs sur la base de données de consommation réelles et non plus estimées, en encourageant la multiplication des offres tarifaires des fournisseurs pour répondre aux besoins spécifiques de chacun. La généralisation du compteur Linky favorisera aussi la maîtrise de la demande en période de pointe.
> L’analyse technico-économique suggère qu’une généralisation du compteur Linky serait globalement neutre du point de vue financier. La valeur actualisée nette du projet pour le distributeur serait, selon les hypothèses retenues, légèrement positive. Elle a ainsi pu être évaluée à environ +0,1 Md€2010 pour un investissement initial proche de 4 Md€2010 grâce aux futures économies de coûts d’exploitation associées à l’installation du compteur.
> Une décision rapide de généraliser le compteur Linky serait très favorable à l’industrie française. Au sein des pays développés, la France dispose actuellement d’un avantage compétitif en matière de compteurs communicants. L’expérimentation menée par le gestionnaire de réseau de distribution ERDF est sans équivalent à l’étranger par son ampleur et la richesse des enseignements recueillis. Une décision rapide de généraliser Linky en France favoriserait aussi l’adoption des standards et normes françaises au niveau international.
Le déploiement du compteur Linky doit être initié avec la technologie dite « CPL G1 ».
> Cette technologie est mature, robuste, déjà utilisée par ERDF et suffisante pour la mise en œuvre des fonctionnalités de Linky. En raison des enjeux industriels, la CRE insiste néanmoins sur l’importance d’annoncer, dès le lancement du déploiement, que le « CPL G3 », aujourd’hui en phase de développement, constitue la technologie-cible à terme. La technologie « CPL G3 » apportera des améliorations significatives pour les gestionnaires de réseau d’électricité sans toutefois comporter de fonctionnalité supplémentaire pour les consommateurs.

Article précédentEnergie solaire: Jusqu’où aller pour défendre le photovoltaïque ?
Article suivantRT 2020: La maison Multi-Confort à énergie positive « made in Saint-Gobain » arrive avant la Réglementation 2012 !!
Jérome Robert
Ex concepteur-redacteur multimedia, Jerome ROBERT est co-fondateur du site Domoclick.com créé en 2000 à Albi (81000 FRANCE) sur l'innovation et la communication dans l'habitat. Il a co-écrit avec Laurent FABAS (ingénieur thermicien) le "Guide de la maison économe, la solution écologique" (Eyrolles pratique 2008) !