De quoi parlons-nous quand il s’agit de bons comportements concernant le climat ? Patrick Bousquet , qui n’est pas vraiment un «climato-sceptiques» comme on a pu en voir à la conférence de Copenhague, répond ici à la question. Billet d’humeur ou engagement politique ? À vous de juger !

Tout le monde semble bien imbibé de la propagande réchauffiste ! Il ne peut y avoir de « bons comportements » en terme de climat, à part l’attitude scientifique rigoureuse, qui commande la plus grande prudence dans les prévisions !
Rien de ce que nous faisons au quotidien ni de ce que font les entreprises n’a d’impact mesurables en termes de climat, c’est peut-être dommage, mais c’est ainsi, et , par conséquent, aucun comportement n’est meilleur qu’un autre ! Sauf à faire des « chemtrails » ( trainés aériennes des jets en altitude) pour refroidir artificiellement l’atmosphère, ce qui paraît très dangereux.
On a mélangé à satiété les questions de climat et les questions d’environnement dû à l’homme, comme la déforestation, l’érosion des terres arables, l’urbanisation galopante, la surexploitation des matières premières comme si elle ne coûtaient rien et étaient illimitées, la pollution des eaux et de l’air , etc.

Toutes ces questions liées à l’industrialisation n’ont rien à voir avec le climat ! Et on a valorisé une croissance sans frein comme moteur de bien-être et de progrès, mais surtout de profits immenses, ce qui n’est pas éternellement possible. Et là-dessus on vient greffer des questions de catastrophes naturelles, sans aucun lien non plus :
inondations, ouragans, tsunamis, ou de phénomènes inévitables mais pas forcément préoccupants, montée des mers, fonte de glaciers, etc. L’ignorance du public et des politiques est telle que les margoulins en profitent pour raconter n’importe quoi et culpabiliser les pauvres gens avec des films catastrophe ou des lois iniques. Il suffit de voir les discours de Sarkozy ou de Rocard et les interviews de Borloo !

S’il peut y avoir des bons comportements, c’est en termes d’économies d’énergies fossiles en les remplaçant autant que possible par des renouvelables ou en épurant ses eaux avec des filtres plantés et en compostant ses excréments au lieu de les diluer et les envoyer au loin ! En mettant des filtres à ses chaudières pour retenir les particules nocives et en évitant les combustions à l’air libre. Et en réduisant la part des déchets brûlés. En évitant les engrais phosphatés et les pesticides, ou en évitant les OGM. Et bien sûr en isolant sa maison de façon saine. Rien à voir avec des impacts climatiques ! Juste la conséquence du climat de nos régions, qui tend à se refroidir naturellement pendant les 30 années qui viennent !
 Naturellement, il y a de bons gestes à recommander : on doit économiser l’eau avant tout, éteindre la lumière ou baisser le chauffage en sortant ! Mais ce n’est pas pour le climat, juste pour ne pas gaspiller des ressources de plus en plus rares et coûteuses !!

Patrick Bousquet
Son  blog : http://ecoleau.canalblog.com/

Ses tags: Economiste « libéral » sur le climat par Jean-Michel Bélouve sur le site : http://blog.turgot.org/index.php?post/Belouve2

Article précédentClimat à Copenhague: Et si l’impact médiatique de l’échec de l’ONU, avait un effet positif sur les dirigeants!
Article suivantREDUCTIONS D’IMPOTS: Fenêtres et chaudières à la baisse, les pompes à chaleur passent à -40%
Jérome Robert
Ex concepteur-redacteur multimedia, Jerome ROBERT est co-fondateur du site Domoclick.com créé en 2000 à Albi (81000 FRANCE) sur l'innovation et la communication dans l'habitat. Il a co-écrit avec Laurent FABAS (ingénieur thermicien) le "Guide de la maison économe, la solution écologique" (Eyrolles pratique 2008) !