Officiel, la mission interministérielle chargée de coordonner l’ouverture des données publiques en France, Etalab, lance ce lundi 5 la plateforme data.gouv.fr qui sera désormais le portail unique de consultation des données publiques des administrations. Les bons comme les mauvais chiffres des données publiques jusqu’ici peu ou pas accessibles, ou l’open data, est un gage de transparence de la part de l’Etat, mais peut aussi générer des retombées économiques pour les entreprises. Cette annonce ne dit pas la place de l’INSEE dans cette ouverture mais le directeur d’Etalab précise que la nouvelle plate-forme « n’est qu’un commencement », et qu’il faudra « beaucoup de travail pour enrichir et améliorer ces données ». Dès la page d’accueil, data.gouv.fr liste les 9 collectivités (dont Parisdata.fr ou la CUB de Bordeaux**) qui ont déjà suivi cette voie d’accès aux données et les 21 autres pays du monde.

Copie d'écran de la page d'accueil des données officielles de l'administration Française

Le coup double d’Open Data : une source d’informations qualifiées avec un vecteur d’innovation et de développement

En rendant accessibles les données publiques, l’Etat et les collectivités locales favorisent la création de nouveaux services et applications citoyennes, et participe au développement de l’économie numérique. Il renforce aussi la transparence de ses actions et promeut une meilleure information des citoyens. Les « données publiques » représentent toutes les informations rassemblées, créées, conservées ou éditées par les administrations et les services publics. Il s’agit aussi bien de renseignements géographiques, environnementaux, épidémiologiques, statistiques, de catalogues, d’annuaires ou de données liées au fonctionnement interne des institutions (budgets, dépenses, marchés publics…). Jusqu’alors rarement accessibles, elles sont aujourd’hui ouvertes et mises à disposition grâce à la plateforme Internet data.gouv.fr.

Les données concernent toutes celles des établissements publics administratifs, collectivités territoriales et des personnes de droit public ou de droit privé chargées d’une mission de service public. Pour le lancement, « 350.000 jeux de données sont présentés sur le site. Il y a par exemple le budget général de l’Etat, avec un jeu de données précis par mission, par programme et par action », a expliqué Séverin Naudet, le directeur d’Etalab, lors d’une conférence de presse. Voici 11 thématiques parmi

-Budget de l’Etat 2011
-Projet de budget de l’Etat 2012
-Répartition du plan de Relance 2009
-Environnement : qualité de l’air***
-Sécurité routière : localisation des accidents
-Justice : permanences d’accès au droit
-Impôts : annuaire fiscal
-Assurance maladie : dépenses de santé
-Associations : subventions
-Agriculture : secteurs et produits AOC
-Culture : musées et patrimoine

« On passe d’une logique de demande à une logique d’offre », a-t-il souligné. »Jusqu’à aujourd’hui, on retrouvait ces données sur des dizaines de documents écrits », et seuls certains étaient disponibles sur internet, alors que ce seront maintenant « des documents en format ouvert et réutilisable », assure-t-il.

Le plan de relance 2009-2012 est ainsi détaillé avec le volume et la distribution géographique des mesures d’investissements et de tous les projets d’infrastructures qui en ont bénéficié, ainsi qu’une estimation des emplois créés par chacune des mesures. »Un effort important a été fait sur l’ensemble des données géographiques relatives au service public », ce qui permettra de « fabriquer des services en ligne pour trouver tous les services publics les plus proches de soi, en se géolocalisant », indique le directeur d’Etalab.

Tout internaute aura ainsi accès à la carte de l’enseignement, celle des commissariats et gendarmeries, le réseau diplomatique, les établissements de santé ou encore la carte judiciaire. Certains services voient également précisés les horaires d’ouvertures ou leurs coordonnées.
Grâce à un partenariat avec l’IGN (l’Institut géographique national), les données de longitude et latitude sont précisées. »La SNCF et RFF (Réseau ferré de France) ont également eu la volonté de mettre à disposition les données géographiques des gares et des passages à niveau », bien qu’ils n’y aient pas été obligés, souligne M. Naudet.La mise à jour de ces données « sera la plus régulière possible », explique-t-il, insistant sur le fait que le lancement de cette plate-forme « n’est qu’un commencement », et qu’il faudra « beaucoup de travail pour enrichir et améliorer ces données ».

Etalab prévoit d’ores et déjà d’ajouter des jeux de données sur le nombre de détenus dans la population française, sur les infractions et les peines associées ou le nombre de crimes et délits par année et par département, depuis 1996. »De grandes entreprises s’intéressent à l’open data comme beaucoup de PME et TPE qui y voient beaucoup de promesses », aussi la mission compte lancer en janvier un programme complet de soutien au développement de l’économie numérique par la réutilisation des données publiques, qui s’appelera « dataconnexions ». »Cela permettra aux entreprises intéressées d’avoir accès à un réseau de professionnels, du financement, des supports techniques et même des débouchés commerciaux », ajoute M. Naudet, le pilote d’Etalab.

Domoclick.com qui laisse la priorité aux solutions et aux faits liés à l’innovation dans l’habitat, a repéré un des sujets prioritaires (avec le budget 2012) sur la santé publique: la qualité de l’air sur le territoire avec 5765 résultats à découvrir pour mieux agir !

Domoclick.com avec l’AFP

Data.gouv.fr:
http://www.data.gouv.fr/

*** Environnement, la qualité de l’air en France:
http://www.data.gouv.fr/content/search?SearchText=concentration+OR+émissions

** La CUB, communauté urbaine de Bordeaux:
http://data.lacub.fr/

PARIS DATA par la Mairie de Paris:
http://opendata.paris.fr/

Le département du Loir et Cher:
http://www.pilote41.fr/

Entreprendre en France:
http://www.france.fr/entreprendre

Article précédentA lire dans M Le Magazine: Alain Lambert, candidat sur un coup de tweet !
Article suivantLe PIA et le CDPEA, même combat le 16 décembre pour sa 4ème conférence sur l’innovation dans la construction durable en Aquitaine.
Jérome Robert
Ex concepteur-redacteur multimedia, Jerome ROBERT est co-fondateur du site Domoclick.com créé en 2000 à Albi (81000 FRANCE) sur l'innovation et la communication dans l'habitat. Il a co-écrit avec Laurent FABAS (ingénieur thermicien) le "Guide de la maison économe, la solution écologique" (Eyrolles pratique 2008) !