Logement étudiants: L’UNEF publie son top 40 des villes selon le coût de la vie, Paris est la plus chère, Limoges, la moins chère.

Au delà du classement des villes les plus chères pour les étudiants et de la recherche laborieuse d’un logement pour les nouveaux universitaires que l’UNEF vient de publier, ne faut-il pas s’intéresser aux causes ? Les loyers sont trop chers parce qu’il n’y a pas assez de logement étudiants et que la construction ne parvient pas à endiguer la pénurie. Domoclick.com publiera la semaine prochaine les solutions du co-living, de la donation et de l’investissement locatif. D’ici là, voici le top 40 selon les villes par 20minutes.fr

Paris Rive droite, rive gauche (photo: Domoclick)

Vivre dans la capitale représente un coût important…L’Unef a publié vendredi 25 aout son classement des villes « en fonction du coût de la vie étudiante ». Quarante agglomérations ont été scrutées avec les mêmes critères : loyers moyens, coût annuel des transports en commun (hors étudiants boursiers), auxquels se rajoute un « socle » de dépenses (alimentation, loisirs, frais d’inscription, etc).Sans grande surprise, Paris arrive très nettement en tête. Selon l’Unef, un étudiant dépense environ 1224 euros par mois pour vivre dans la capitale. C’est quasiment deux fois plus qu’à Limoges (720 euros par mois), dernière ville du classement.

L’Unef demande l’encadrement des loyers

Outre Paris, de nombreuses villes d’Ile-de-France figurent dans le top 10 : Nanterre (2e, 1100 euros par mois), Créteil (3e, 1089 euros par mois) ou encore Cergy (7e, 991 euros mensuels). La première métropole non francilienne du classement est Nice, avec un coût moyen de 973 euros par mois. Des villes étudiantes comme Strasbourg (855 euros par mois) ou Rennes (806 euros par mois) semblent beaucoup plus abordables.

Au final, l’Unef rappelle que c’est bien le loyer qui représente la plus grande partie des dépenses des étudiants (environ 54 % du budget). Pour le syndicat étudiant, il est urgent d’appliquer « l’encadrement des loyers dans l’ensemble des villes universitaires et la revalorisation des APL ». Cette dernière demande risque de ne pas être satisfaite puisque le gouvernement a prévu d’économiser 1 milliard d’euros l’année prochaine
grâce à la réforme des aides au logement.

Domoclick.com avec 20 minutes
www.20minutes.fr

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.